Vous êtes ici : Accueil / Ressource / Le bon usage des espaces naturels marins par les kayakistes

Le bon usage des espaces naturels marins par les kayakistes

Dernière mise à jour de cette page le 12 avril 2022

u

Pagaie Salée n° 59 – Tous droits de reproduction réservés – www.pagayeursmarins.org – Page 15 sur 24
Principes proposés par la Fédération de la Plaisance en Kayak de Mer
Les principes proposés ci-dessous, permettent aux kayakistes de respecter le milieu
marin dans lequel ils évoluent et de vivre en harmonie avec les différents acteurs de
la mer et de la côte.
Exposé des motifs :
Conséquence de l’augmentation du “ temps libre ”, et de la venue de touristes le
long des côtes de France, le tourisme de découverte de la nature se développe sous
de nombreuses pratiques notamment depuis 1980 en kayak de mer le long des côtes
de France, sur le domaine maritime. Cette navigation faite sous forme de randonnées
ou de sorties à la journée, reste soumise aux dispositions de la Division 240 (ou
maintenant D245) de la réglementation française sur la navigation de Plaisance.
Les kayakistes français naviguant le long des côtes de tous les continents sont concernés
par la réglementation maritime nationale et internationale qui stipule que
chaque chef de bord est maître et responsable de son navire et de ses manoeuvres,
et doit respecter le RIPAM.
Presque toutes les côtes de France sont praticables et accessibles en kayak de mer,
selon les conditions météo, et le niveau technique des pratiquants. Cependant une
partie de ces côtes et des îles, y compris l’estran, sont “ protégées ” par leur classement
en “ réserves ”ou « parcs naturels marins », voire même en accès “ privé ” de
particuliers. Néanmoins, elles restent du Domaine Public Maritime (DPM).
Des évolutions inattendues de la météo, ou des difficultés techniques ou personnelles,
imposent parfois aux navigateurs une mise à l’abri de leur navire dans des
délais courts dans un port, une baie, une crique, ou une plage, de la côte ou d’une
île. Compte tenu des règles maritimes, cette mise en sécurité des personnes et des
biens ne doit jamais être refusée par quiconque, gardiens de réserve ou agents assermentés
locaux, en particulier sur le domaine public maritime.
Pour ces motifs, malgré les précautions prises l’accès à ces zones protégées, par des
kayakistes entreprenants et aventureux ne pourra jamais être évité, de nuit comme
de jour, et en toutes saisons, sur n’importe quel point de la côte. Il est donc nécessaire
de bien préciser que l’accès aux rivages publics reste toujours possible en cas
de difficultés de navigation (fatigue, incidents personnels, nuit, dégradation brutale
et imprévue de la météo, etc…), mais que les règles du bon usage des espaces naturels
marins doivent être respectées.
D’autre part, en France, d’une façon générale, il n’est pas interdit de dormir de jour
comme de nuit sur le domaine public, dans les villes et les campagnes du moment
que cela ne trouble pas l’ordre public. Des personnes
sans domicile fixe, des randonneurs dans les campagnes
et les montagnes utilisent couramment cette
possibilité.
Règles à respecter :
● Préparez votre sortie en prenant connaissance :

  • des règles en vigueur sur les sites que vous souhaitez
    fréquenter ; contactez pour cela les autorités,
    mairies, capitaineries, ou les gestionnaires
    d’espaces naturels et les associations spécialisées.
  • de la météo (par tous moyens, journaux, radio, Internet…) et respectez les règlements
    maritimes en vigueur.
  • si vous pêchez, à la ligne ou en “ chasse sous-marine ”, ou si vous ramassez des coquillages
    et crustacés, ou des algues, informez-vous des réglementations en vigueur : conditions,
    lieux, tailles, quantités, et en particulier interdictions de ramassage des variétés de
    coquillages temporairement pollués donc toxiques. Ne prélevez que ce qui vous paraît
    strictement nécessaire
    ● Comme tous les gens de mer :
  • proposez votre aide à toute personne qui semble en difficulté. En navigation, saluez les
    autres navigateurs, c’est une tradition du monde maritime.
  • en mer, dans les ports et les points de débarquement, respectez les autres et leur domaine
    de vie, et soyez toujours courtois. Vous ignorez leur valeur, leur expérience et
    leurs compétences qui pourraient vous surprendre.
    ● Transportez tout votre matériel dans votre kayak.
    ● Comportement envers la faune :
  • Ne faites jamais halte sur des petits îlots, ou sur ceux qui abritent des colonies d’oiseaux
    ou de phoques surtout en période de reproduction de mars à fin août. A la côte,
    n’approchez pas les aires de nidification.
  • Pour limiter le dérangement, évitez de vous approcher à moins de 100 m des animaux.
    Gardez une attitude calme lors de votre passage. Réduisez bruit et vitesse à leur proximité,
    mais sans excès, car surprendre les animaux par une approche trop silencieuse peut
    être presque aussi néfaste que le bruit. Ne jamais les encercler, les poursuivre, ou pointer
    votre étrave en leur direction. Eloignez-vous si vous détectez des signes de nervosité ou
    de panique : cris prolongés, piqués, agitation, manoeuvres de diversion. Pour des raisons
    sanitaires, ne leur donnez pas de nourriture.
  • En cas d’observations de la faune et de la flore peu courantes, de problèmes environnementaux,
    ou plus simplement de questions liées à notre environnement, rapprochez-vous
    des gestionnaires des côtes ou des associations spécialisées. Vous participerez ainsi à la
    connaissance et à la protection de l’environnement naturel.
    ● Comportement à terre :
  • Suivant les situations respectez les propriétés privées.
  • En tout temps, évitez d’allumer des feux libres. Pour cuisiner, suivant les risques potentiels,
    utilisez des réchauds sous surveillance (sauf interdiction locale saisonnière ou spécifique,
    y compris sur des plages).
  • Ne lavez rien directement dans le plan d’eau. Le lavage se fait toujours à terre avec un
    produit biodégradable, afin que le sol puisse jouer normalement son rôle de filtre.
  • Gérez vos conditionnements pour limiter vos déchets et emportez-les.
  • Ne laissez jamais rien sur les îles, sauf si elles sont habitées et équipées de déchetteries
    et seulement en cas de nécessité.
  • Assurez-vous, en quittant le site de votre halte, de ne laisser aucune trace de votre
    passage sur un espace fragile et sensible, particulièrement sur la végétation.
    ● La discrétion tant visuelle que sonore sera toujours recherchée.
    Particularités des haltes de nuit :
    En cas d’une halte de nuit, choisissez avec soin un secteur bien adapté, de préférence sur
    l’estran ou le domaine public maritime. Si votre choix se porte sur un domaine privé demandez
    préalablement l’autorisation et respectez les règles suivantes :
  • le montage d’abris ne sera possible qu’entre le coucher du soleil ou au plus tôt à 20
    heures et le lever du soleil ou au plus tard à 9 heures du matin
  • les abris sont montés pour une nuit seulement à chaque endroit et démontés chaque
    matin.
  • les abris dont le nombre est limité à 6 sont constitués à votre choix d’un sur sac, d’un
    auvent ou d’une petite tente où l’on ne peut pas se tenir debout.
    Kayakistes de Mer, respectez et diffusez ces principes.
    Note sur les conditions de reproduction : ce document peut être reproduit, diffusé et mis sur
    un site Internet sous réserve qu’il soit repris dans son intégralité et que sa provenance de la
    Fédération de la Plaisance en Kayak de Mer soit clairement identifiée, Aucune reproduction
    partielle ne peut être faite sans notre accord écrit.
    Première version émise le 8 juin 2007
    Pagaie Salée n° 59 – Tous droits de reproduction réservés – www.pagayeursmarins.org – Page 16 sur 24

Commentaires

Une interrogation !

Peut être une information technique à partager.

Ou juste pour nous avertir qu'un lien n'est plus actif.

Merci de rédiger un commentaires.

Laisser un commentaire